White Pocket

White Pocket

Pour réaliser mon programme de la journée, j’ai réservé les services d’un guide – car un véritable 4×4 est fortement recommandé pour parcourir les pistes de sable mou permettant d’atteindre ces 2 sites d’exception du Vermilion Cliffs National Monument : White Pocket et Coyote Butte South. Mon gros SUV de location aurait sans doute pu s’en sortir – mais seul, je préfère ne prendre aucun risque.
C’est donc Mike de Paria Outpost & Outfitters qui sera mon guide aujourd’hui. Mike, vers les septante ans, est un photographe à la retraite, il a travaillé pour de nombreux magazines, voyagé en Afrique et Australie, principalement pour des contrats de photographie animalière. Ses réflexes de trappeur ne l’ont d’ailleurs pas quitté : il repère rapidement un groupe de cervidés, et je me demande presque si je ne vais avoir aussi droit à une journée safari en bonus…_PO03902_logoLa piste jusque White Pocket se passe sans encombre, le sable n’est pas trop mou, et les quelques passages rocheux ne présentent pas de difficultés particulières. Le ciel est complètement voilé quand nous arrivons sur site. Je suis déçu de ne pas voir de mes yeux le contraste qu’un ciel bleu apporte à ces décors, mais Mike me rappelle vite que le soleil est l’ennemi des photographes : les ombres trop franches anéantissent l’uniformité des couleurs et textures.
Nous partons donc à l’assaut de White Pocket ; Mike me dit d’emblée que je n’en aurai qu’un aperçu, tant l’endroit – pourtant de taille raisonnable – regorge de formations géologiques qui font le bonheur des photographes._PO03948_logo _OD10363_logo _OD10358_logoMike est de très bon conseil, que ce soit pour me guider dans ces lieux, que sur la façon de prendre certaines photos. Quelques flaques permettent de composer avec des reflets_PO03954_logo _PO03958_logoEn quittant les lieux, le voile nuageux semble vouloir s’estomper_OD10370_logoAlors qu’une seule jeep était présente sur le parking à notre arrivée, il y en a une bonne dizaine maintenant. Mike m’explique que de plus en plus de locaux viennent ici, alors que paradoxalement ce sont nous les européens qui avons contribué à populariser les lieux sur internet… Aujourd’hui le risque est réel qu’eventually un permis ne soit aussi d’application pour White Pocket.